31
Mai
2015

La drogue zombie – Crokodil, mais pourquoi un nom ?



La désomorphine, le nom médical de la version russe de l’héroïne bon marché, est un cocktail d’iode, de médicaments contenant de la codéine, de diluant pour peinture, de phosphore rouge, d’acide chlorhydrique et de combustible pour briquet. C’est un dérivé opiacé de la codéine qui produit des effets analgésiques et sédatifs. On dit qu’il est très addictif, mortel et huit à dix fois plus fort que la morphine.

Krokodil est apparu dans les provinces de Russie au début des années 2000, mais sa propagation atteint maintenant les rivages des États-Unis. Ses caractéristiques nocives ont provoqué des effets horribles chez les utilisateurs, qui souffrent de graves lésions de la peau et des veines, menant finalement à la gangrène et aux ulcères. Et en raison de l’instabilité de la drogue de rue et de la courte durée de l’euphorie, les utilisateurs se gavent en s’injectant fréquemment, ce qui en fait un facteur de risque pour les maladies, notamment l’hépatite C et le redoutable VIH.

En remontant dans l’histoire, l’utilisation du krokodil est apparue autour de l’année 2002 dans les zones rurales de Russie, puis s’est rapidement répandue dans les communautés les plus pauvres, faisant plus de trois millions de dépendants en seulement dix ans. Les saisies de drogue dans le pays ont été multipliées par 40, passant de seulement deux kilos en 2006 à 100 kilos en 2011.

Il a été noté que la répression policière et la pénurie d’héroïne ont contribué à l’augmentation rapide de la consommation de Krokodil en Russie rien qu’en 2010. De plus, sa popularité serait due à l’accès facile et légal à des médicaments moins chers contenant de la codéine, par rapport à son homologue plus cher, l’héroïne.

Contrairement à ce que les utilisateurs perçoivent comme une alternative peu coûteuse aux drogues qui leur procurent un high, ils paient en fait très cher ce qu’ils obtiennent car les tissus meurent (et finissent par tomber de la peau) et les vaisseaux sanguins éclatent partout où ils s’injectent la drogue. Et avec un tel effet à long terme, Krokodil a gagné son autre nom commun de « drogue du zombie », en partie parce que son utilisation fréquente finit aussi par entraîner la mort. Un utilisateur ne peut durer qu’entre deux et trois ans.

Un peu trop tard, seulement c’est en juin 2012 que le gouvernement russe a interdit la vente de médicaments contenant de la codéine, mais ceci, selon les médias et les rapports scientifiques, les interdictions ont ralenti mais n’ont pas empêché les utilisateurs de s’injecter la drogue.

Et ce n’est pas seulement la Russie qui est devenue le foyer de cette drogue monstrueuse, car elle a commencé à atteindre les côtes de l’Europe occidentale (2011) et des États-Unis (2013).

Que peux-tu dire à propos de cette histoire ? Commence/joins la conversation en écrivant ton/ses commentaire/s ci-dessous.

Leave a Reply

Résoudre : *
23 + 3 =