14
Avr
2015

Quels sont les obstacles à la légalisation mondiale des drogues ?



Dans un article intitulé « Kofi Annan : La guerre contre la drogue a échoué en Afrique de l’Ouest et dans le monde entier » publié sur Vice.com, l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a déclaré que les consommateurs de drogue avaient besoin d’aide et non de punition.

Avec la Commission des drogues de l’Afrique de l’Ouest (WACD) et le président Olusegun Obasanjo, ancien président nigérian, ils ont révélé que les politiques antidrogue existantes étaient inefficaces et nuisaient aux efforts visant à éduquer la population sur les menaces liées à la drogue ; en fait, les drogues illégales transitent toujours en grande partie dans la région de l’Afrique de l’Ouest vers ses principaux marchés, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Dans une histoire connexe, un rapport de 2013 de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a révélé que le commerce de la cocaïne dans la région d’Afrique de l’Ouest, qui sert de point de transbordement entre les producteurs d’Amérique latine et les consommateurs d’Europe et des États-Unis, a estimé que les revenus annuels du commerce de la drogue atteignent en moyenne 1,25 milliard de dollars. Ces gros revenus risquent de déstabiliser les institutions étatiques, de menacer la démocratie et de ralentir les progrès économiques dans la région qui vient de se remettre d’années d’instabilité et de conflits.

La même commission a recommandé de traiter la consommation de drogue comme un problème de santé publique, tout en se concentrant sur les actions contre les trafiquants de drogue (qui profitent financièrement alors que les drogues sont illégales).

Annan a cependant ajouté que les gens ne pouvaient pas s’attendre à ce que le gouvernement résolve tous les problèmes tout seul, mais que la société ainsi que la communauté internationale devaient participer pour aider l’Afrique de l’Ouest et le reste du monde à s’attaquer à la grande menace de la drogue qui existe depuis longtemps.

Alors, est-il grand temps de favoriser un changement de paradigme dans la façon dont les gens et le monde réglementent et perçoivent les drogues ?

OUI, c’est le message clair du geste très radical des leaders politiques et des influenceurs industriels, dont Kofi Annan, George Shultz et Richard Branson, ainsi que d’anciens présidents de pays comme la Colombie, le Brésil, la Pologne, le Chili et le Portugal. Collectivement, avec d’autres dirigeants mondiaux, ils ont formé la Commission mondiale sur la politique en matière de drogues qui a publié le rapport « Prendre le contrôle : Pathways to Drug Policies that Work, (septembre 2014) », qui explique principalement comment le problème mondial de la drogue a été un échec et que les politiques doivent être modifiées.

Pour résumer l’essentiel des propositions contenues dans le rapport, Annan, avec d’autres, a recommandé que le monde ait besoin de politiques antidrogue fondées sur des preuves de ce qui fonctionne réellement, et non de politiques qui criminaliseraient les consommateurs de drogues tout en ne leur donnant pas accès à une prévention/un traitement efficace.

Ladite commission appelle les gouvernements à décriminaliser les consommateurs de drogues et à légaliser les drogues, comme la marijuana.

Sans même le dire, les politiques antidrogue existantes sont elles-mêmes le fardeau de la légalisation mondiale des drogues (qui aurait dû être réglementée pour l’éducation publique, la sécurité des rues et la réduction de la criminalité dans le monde, mais qui n’est possible qu’avec des politiques gouvernementales plus réalistes sur les drogues).

Crédit photo : Sensi Seeds

You may also like

La production de pavot en Afghanistan monte en flèche, la guerre mondiale contre la drogue échoue encore plus.
Obama réitère son soutien à la légalisation de la marijuana

Leave a Reply

Résoudre : *
28 + 8 =