12
Avr
2015

Vapoter du cannabis est mieux que le fumer, d’après des études



L’un des impacts les plus négatifs de la weed vient probablement du tabagisme, où un fumeur s’expose à ses nombreux effets respiratoires nocifs qui peuvent mener au cancer, principalement parce que le tabagisme peut délivrer des substances cancérigènes et une multitude de substances nocives directement dans les poumons et l’arbre bronchique. Cela s’avère vrai, surtout pour les utilisateurs réguliers et à long terme de cannabis. Ce qui se passe, c’est que fumer de l’herbe a des effets immédiats et durs sur les poumons à cause de la fumée chaude, mais le vapotage est très différent.

Une étude publiée dans le Harm Reduction Journal, le 16 avril 2007, a affirmé que fumer du cannabis pouvait créer des problèmes respiratoires, mais pas en le vaporisant. Le même journal a révélé que les vaporisateurs chauffent effectivement le cannabis pour libérer ses cannabinoïdes actifs, mais qu’ils peuvent le garder suffisamment frais pour éviter le dégagement de fumée et de substances nocives liées à la combustion.

Cela se produit parce que l’inhalation d’un produit de combustion dégage un système de distribution indésirable. Une étude publiée par NCBI a révélé que la vaporisation du cannabis est une méthode efficace et sûre d’administration du THC (tétrahydrocannabinol). Des essais supplémentaires sur l’efficacité du cannabis pourraient utiliser la vaporisation comme système d’administration sans fumée (et moins nocif).

Sans même le dire, le vapotage devrait pouvoir créer moins de problèmes de santé par rapport au fait de fumer du cannabis.

Alors pourquoi opter pour les vaporisateurs ?

Bien que les vaporisateurs puissent être plus chers que les bongs et les pipes, il y a quelques bonnes raisons pour lesquelles les utilisateurs devraient opter pour le vapotage plutôt que de fumer (et certaines de celles mentionnées ci-dessus). Une autre chose est que les vaporisateurs sont conçus et fabriqués pour surmonter la question des effets nocifs associés à la combustion du cannabis qui produit du goudron et des substances cancérigènes, qui peuvent avoir des effets immédiats, à long terme (accumulés) sur les poumons qui peuvent acquérir une bronchite chronique et un cancer du poumon.

Et comme les vaporisateurs chauffent la marijuana à une température inférieure à celle nécessaire à la combustion, un vaporisateur peut délivrer les mêmes effets actifs de la marijuana médicale mais sans le dangereux sous-produit. En fait, la vaporisation de la marijuana médicale, telle qu’elle est déjà administrée dans certains hôpitaux situés dans des États ou des régions où la marijuana est légalisée, élimine environ 95 % de la fumée inhalée. De plus, on dit que le fait de vaporiser de la marijuana augmente les niveaux de terpénoïdes, des substances anti-inflammatoires qui peuvent préserver un patient ou un utilisateur d’une irritation pulmonaire.

Les études ont parlé. Vaporiser du cannabis peut être moins nocif mais plus bénéfique que de le fumer (en le brûlant). Les patients/utilisateurs peuvent alors reconsidérer le système d’administration qu’ils utilisent, même si investir une fois dans un appareil à vaping peut être coûteux au début.

Crédit photo : NY Post

You may also like

La première plante de cannabis pousse maintenant dans le sol d’une université de Jamaïque
Obama réitère son soutien à la légalisation de la marijuana
Un vendeur demande un don pour de l’herbe à la Cannabis Cup (est-ce légal ?)
Un sondage permet de savoir si la marijuana est « bonne » ou « mauvaise ».

Leave a Reply

Résoudre : *
13 − 8 =