21
Avr
2015

Un vendeur demande un don pour de l’herbe à la Cannabis Cup (est-ce légal ?)



Denver, Colorado – La US Cannabis Cup se déroule au Denver Mart du 18 au 20 avril cette année.

Les participants avaient tout intérêt à apporter leur proprepot (BYOP – bring your own pot) car les entreprises du Colorado et de l’extérieur étaient à court de fournitures et d’échantillons à la fin du premier jour après que les visiteurs aient envahi les points de vente de marijuana pour obtenir des échantillons de marijuana gratuits ou payants.

(Attends, c’est un échantillon « payé » ?)

Et l’une des plus longues files d’attente était celle du stand de Moon Rock de Kurupt qui a adopté une approche non conventionnelle (qui est également illégale au Colorado et non réglementée en Californie).

En fait, il suffit qu’un participant fasse un don de 30 $ pour que le préposé du stand lui donne un bandana et un gramme de Moon Rock (ce que Kurupt prétend être le bourgeon le plus fort de la galaxie).

Les bourgeons de Moon Rock sont enrobés d’huile de haschisch et saupoudrés de kief, et on dit qu’ils provoquent des rires et donnent une forte défonce.

Les participants ont confirmé le prix et les détails de la transaction le samedi et le dimanche.

Un employé de Kurupt, « Gold Teeth », a détaillé les choses au correspondant de « The Cannabist », Jake Browne, et a admis qu’avec un don de 30 $, un participant recevait un gramme et un tapis de dab.

Et lorsqu’on lui a demandé à quel point le combo était populaire, il a dit à Browne qu’ils ont consommé deux livres le premier jour et a noté que le produit a rapporté 25 000 dollars. Il a ajouté qu’ils ne prévoyaient pas de manquer de Moon Rock de sitôt car ils ont planifié à l’avance.

Donc si deux livres (454 grammes par livre) se vendaient, cela pourrait rapporter à Kurupt un total de 27 240 $.

Mais lorsqu’on a demandé à l’organisme d’application de la loi affecté au Denver Mart si les transactions étaient légales, la réponse a été un retentissant « Non ».

Il y a quelques jours, The Cannabist a interrogé le responsable de l’information publique du bureau du shérif du comté d’Adams, le sergent Aaron Pataluna, sur les règlements et lois précaires concernant l’échantillonnage de l’herbe lors de l’événement (l’une des questions les plus délicates en ces tout premiers stades de la légalisation de l’herbe au Colorado). Il a confirmé que le bureau du shérif avait compris que les échantillons donnés par un vendeur hors de l’État ne constitueraient pas une violation du droit pénal dans l’État, sauf si ce vendeur échantillonnait du cannabis en échange d’argent ou dans le cadre d’une transaction financière. Fin de l’histoire.

 

Crédit photo : Weed Maps

You may also like

Une infusion hallucinogène promet un nouveau traitement contre la dépression, selon un essai initial
Jackie Chan est nommé premier ambassadeur anti-drogue de Singapour
Lancement des sites Web AIF Black Out Monday vs. les sommets légaux
L’Indonésie exécute huit condamnés pour trafic de drogue, suscitant un tollé international

Leave a Reply

Résoudre : *
29 ⁄ 29 =